Me contacter...   Site personnel Saint-Corneille
       
Accueil  

Blason officiel de Saint-Corneille
Bruno  
Saint-Corneille  
Petites annonces  
   
   
Liens  
Site Radio  
Site Madagascar  
Accès privé  
    L'église de Saint-Corneille, restaurée en 2008
   

Le village de Saint-Corneille est situé à une quinzaine de kilomètres au nord-est du Mans (72 - Sarthe), dans le canton de Montfort-le-Gesnois, arrondissement du Mans.
La superficie de la commune est de 1116 hectares pour 1093 habitants début 2012.

 

Origine du nom Saint Corneille : du latin Sancti Cornelii de Banniolo, Saint Corneille de Bagnols.

 

Le village est à l'écart des grands axes de communication, seul la présence d'un prieuré (devenu l'abbaye "La Perrigne") permet de trouver l'évocation de Saint-Corneille dans l'histoire. Au fil des siècles, les traces de la commune se retrouvent principalement dans le passé ecclésiastique de la région.

 

En 1871 les troupes françaises et prussiennes s'affrontent à Saint-Corneille durant la bataille du Mans.

 

L'été 1944 voit la création d'un cimetière militaire où reposent les soldats des deux camps. Les dépouilles seront transférées en 1948 pour les alliés, en 1961 pour les allemands.

   
   
   
   
   
   
    Photo des archives nationales américaines de Washington, avec l'aimable autorisation de Fabrice Avoie (07/03/2012)
   
   
   
   
   
   
    Vue aérienne (12/11/1946), la route sépare les alliés des allemands
     
   

Il ne reste aucune trace à l'exception (depuis 2015) d'une petite parcelle dédiée à la mémoire du lieu :

   
   
   
   
   
   
   
    (à l'emplacement de l'ancienne entrée, côté américain)
     
   

Un personnage célèbre de Saint-Corneille :

   

Alfred HAENTJENS a fait ses études au lycée de Vendôme puis à l'école Centrale. Il fut maire de Saint Corneille, conseiller général de la Sarthe et député de 1853 à sa mort. Il vota contre la déclaration de guerre de 1870. Il fut l'un des 7 députés de l'Assemblée générale de Bordeaux qui votèrent contre la déchéance de la famille impériale. Parallèlement, il fonda "Le Journal de la Sarthe", devenu par la suite "Le Maine Libre". Il meurt le 11 avril 1884 en laissant la réputation d'un homme d'une grande intelligence.

 
     
     
     
     
     
     
       
   

Sources documentations :     - 

photographies, montages de Bruno Martineau

archives de La Sarthe

magazines "Le Cornélien"

livre "Le patrimoine des communes de La Sarthe"

livre à compte d'auteur de Fabrice Avoie édité en 2009 "Sarthe, août 1944 - Histoire d'une Libération", et avec son aimable autorisation.